Les dolmens de Puechcamp, collines des morts

Posted By on 15 octobre 2011

VIDEO DE PRESENTATION

Vidéo : Gaston Ferral, club vidéo MJC de Rodez

Commentaires : Annie et Daniel

 

PLAQUETTE DE PRESENTATION

Graphisme : P. Fraudet, textes : Annie et Daniel

 

 

INTERVIEW d’UN DOLMEN

Le club archéologie et patrimoine de la MJC de Rodez a eu la chance de pouvoir interviewé une des dernières « collines des morts » du Causse Comtal dont la famille est menacée d’extinction. Mme PuechCamp5 a bien voulu répondre à nos questions.

 

Club archéo : Bonjour Mme PuechCamp5 et merci de bien vouloir répondre à nos questions.

Mme PuechCamp5 : C’est un drôle de nom que vous me donnez ! Mais c’est vrai que je suis née il y a si longtemps que personne ne se rappelle mon vrai nom …

 

Club archéo : Racontez nous votre naissance

Mme PuechCamp5 : C’était il y a 5000 de vos années. Tout le monde a aidé à ma construction et c’était une grand fête ! Les pierres ont été dégagées puis installées et la colline a pris forme. Car, au début je ressemblais à une colline avec une petite grotte dont l’entrée se situait à une extrémité. Ce que vous appelez maintenant le tumulus a disparu petit à petit, il ne reste que mon squelette de calcaire et encore.

 

Club archéo : Que vous est-il arrivé ?

Mme PuechCamp5 : Si vous m’aviez vue quand j’étais jeune ! Une beauté, la star du clan. J’ai vu de cérémonies, des fêtes et des larmes, des torrents de larme qui irriguaient le causse bien avant vos fontaines et vos puits. J’ai accueilli pendant des générations et des générations les corps des morts, hommes, femmes et aussi enfants. Ils venaient toutes et tous à l’abri de mes murs de calcaire pour un dernier voyage. Ils me respectaient en ce temps là moi et mes cousines.

 

Club archéo : Vos cousines ????

Mme PuechCamp5 : Mes cousines qui sont encore à côté de moi. La famille PuechCamp, au nombre de 5 aujourd’hui, plus nombreux avant encore. C’est rare les familles regroupées de collines des morts. La plupart sont sauvages et vivent isolés à proximité des sommets de petits reliefs du Causse. Nous sommes à peu près de la même époque et nous nous ressemblons, un air de famille : des dalles, une orientation vers le soleil levant, une colline plus ou moins disparue et quelques éléments de mobilier que nous ont laissé les descendants.

 

Club archéo : Mais comment vous êtes vous devenue un dolmen ?

Mme PuechCamp5 : Dolmen pfffff; Encore un terme qui désigne mon squelette mais les descendants oublient toujours mon corps, ma colline, ma fierté, ma place dans le paysage.

Club archéo : Qui sont les « descendants » ?

Mme PuechCamp5 : Vous et tous les êtres humains qui descendent de ceux qui m’ont construite.

Club archéo : Vous ne semblez pas beaucoup les apprécier, ces descendants

Mme PuechCamp5 : Désolé de vous avoir froissé ! C’est vrai que certains sont de vrais sauvages. Il y a 150 ans à peine, j’étais déjà usée par l’eau, le gel le soleil quand j’ai senti des coups de pioche et de pelle dans ma grotte ! Ils sont creusés comme des brutes pour prendre deux ou trois objets comme s’ils savaient ce qu’ils représentaient. Des sauvages, je vous dis.

Club archéo : Tous des sauvages ?

Mme PuechCamp5 : Non bien sûr et je suis, malgré tout, très attachée à cette espèce qui m’a construite. D’autres descendants sont venus il y a 50 ans, ils étaient doux, m’ont manipulé avec beaucoup de précautions avec des pinceaux, ont pris des photos … Je me croyais revenue au temps de ma jeunesse ! Ils ont trouvé des pointes de flèche, des perles, quelques os, des dents … Tout ce que le terre n’avait pas mangé, la terre du Causse a bon appétit, c’est connu. Ils ont compris qui j’étais, en partie au moins, et ont expliqué aux autres descendants que je n’étais pas qu’un tas de pierre.

Club archéo : Parlez nous de votre association

Mme PuechCamp5 : Je suis effectivement présidente de l’association de sauvegarde des collines de mort du Causse Comtal, l’ASCMCC. Nous luttons pour la préservation de notre famille qui compte plus de 300 membres. Certains n’ont pas eu ma chance et ont été détruits purement et simplement pour faire passer un chemin, une route, une maison et un champ. Des milliers d’année d’existence éliminés pour ça …

Club archéo : Quel est l’objectif de votre association ?

Mme PuechCamp5 : Nous sommes vieux et usés par le temps et certains descendants. Aucune croyance ne nous protège plus comme pendant notre folle jeunesse. Nous ne demandons qu’une chose : pour que nous puissions rencontrer vos descendants, respectez nous, protégez nous !

About The Author

Comments

Comments are closed.