Puits-fontaine de Gajac (commune Sébazac-Concourès)

Posted By on 25 mars 2012

 

Proposition de restitution – P. Fraudet

Redécouverte
Le puits-fontaine de Gajac n’était plus utilisé depuis une quarantaine d’années. La dernière personne ayant puisé de l’eau, « Demoiselle Cance » (témoignage de J. Fabre) habitait à Gajac et a laissé à sa disparition le monument à la nature qui a rapidement comblé le chemin d’accès.
A l’écart des chemins, au fond d’une impasse, il est tombé progressivement dans l’oubli.
Lors d’une visite avec le club jeunes archéologie et patrimoine, M. Enjalbert, agriculteur à Onet l’église, nous fit découvrir ce puits-fontaine du Moyen Age.

Puits ou fontaine
Puits car la quantité d’eau faible reste stockée mais fontaine car un trou d’évacuation encore visible dans la margelle laisse supposer un déversement peut être temporaire de l’eau dans des conditions climatiques plus humides qu’actuellement.
Comme souvent sur le Causse, l’eau étant rare, les fontaines sont irrégulières et se transforment en puits pendant les saisons sèches.

Datation
L’attribution à l’époque médiévale repose sur l’architecture (construction en pierre sèche, voûte plein cintre, margelle chanfreinée à la base de la voûte, escalier d’accès) et un environnement archéologique favorable (présence d’un château médiéval à Gajac selon les textes).
Par ailleurs, les caractéristiques architecturales de ce puits-fontaine correspondent à la fontaine du Barry à Conques datée de cette même période.

Mystères
Des questions se posent sur la construction :
- la margelle semble ajoutée au monument : pourquoi cet ajout ?
- une assise à la surface de l’eau côté margelle se situe à une trentaine de centimètres du bas de la margelle : pourquoi cet écart et quelle fonction pour cette assise ?
- un trou traverse la margelle : évacuation ou alimentation en eau du puits ?
La nécessaire mise en sécurité de l’accès au puits côté ouest (pierres très instables, risque de chutes) n’a pas permis de répondre à ces questions. Seule une fouille archéologique autorisée (sondage) devant le puits (nord) pourrait valider certaines hypothèses et ainsi mieux comprendre la construction et sans doute l’utilisation de ce monument.

État sanitaire
Le talus de terre à l’arrière du monument pousse le mur et la voûte qui se sont déformés de façon très visible. Bien que la sécurité des visiteurs ne soit pas inquiétée, l’état sanitaire inquiète et exige des actions de sauvegarde en concertation avec les professionnels du secteur.

Mise en valeur
Ce monument médiéval a été mis en valeur par une équipe de bénévoles le dimanche 25 mars 2012.
Un grand MERCI aux 14 bénévoles qui ont consacré du temps à ce monument multi-centenaire : Maïté, Muriel, Bernard, Bruno, Daniel², Frédéric, Matthieu, Nicolas, Noé, Patrick, Paul, Raphaël, Samuel. La majorité est membre du club et certains ont donné amicalement un coup de main au club par solidarité patrimoniale.
Grâce à cette journée de travail dans la bonne humeur, le chemin a été dégagé et un escalier a été découvert lors de la mise en sécurité de l’accès ouest. Ce type d’escalier faisait parti des caractéristiques des puits médiévaux selon Violet-Leduc.
Espérons que les visiteurs respectueux apprécieront ce témoignage d’une époque où l’eau n’était pas « courante » et souhaitons que la sauvegarde de cet élément du patrimoine sera ainsi favorisée.

Archéologie en réseau
Enfin, comme souvent en archéologie, l’opération n’aurait pas pu avoir lieu sans un réseau de bonnes volontés bénévoles et professionnelles que le club et le patrimoine remercient avec notamment : M. Enjalbert « inventeur » du site, la mairie de Sébazac qui a autorisé et encouragé cette mise en valeur, M. Fabre propriétaire des terrains contigus, Mme Joy pour son diagnostic du monument.

AVANT :

APRES :

AVANT :

APRES :

 

AVANT :

APRES :

 

 

ESCALIER d’ACCES :

FONTAINE DU BARRY (CONQUES)

 

BENEVOLES :

 

About The Author

Comments

Comments are closed.