Le club interMJC Rodez et Onet Archéologie et Patrimoine souhaite sensibiliser à l’étude et à la protection du patrimoine archéologique aveyronnais à travers des projets de prospection, d’inventaire et des visites de sites. Tous les curieux et les bonnes volontés sont les bienvenus pour participer, apprendre et échanger dans une ambiance conviviale.

A partir de 11 ans
Cotisation annuelle 10 euros + carte MJC

Vous trouverez sur ce site web des articles sur la vie du club au cours des dernières années.




Décès de Jean Maury, archéologue aveyronnais, fondateur du club archéo de la MJC de Rodez

Posted By on 30 novembre 2012

Jean Maury, archéologue aveyronnais, nous a quitté et le club archéologie et patrimoine de la MJC de Rodez dont il est le fondateur tenait à honorer sa mémoire.

Professeur à l’université de Toulouse et au lycée Monteil, il a toujours affirmé une volonté de partage de ses immenses connaissances. Il a ainsi ouvert un club d’activité consacré à l’archéologie à la MJC de Rodez  au début des années 70. Il a pu alors former de nombreux archéologues qui lui doivent leurs premières découvertes et une vision scientifique du patrimoine dans un but de sauvegarde et de protection. Investi dans le bénévolat, il fut aussi vice-président de l’Aspaa (association de sauvegarde et de protection du patrimoine archéologique aveyronnais).

Amoureux des vestiges archéologiques et passionné de vérité scientifique, il publia sa thèse sur les étapes du peuplement sur les grands causses en 1967.

Il s’intéressa également au phénomène mégalithique pour lequel il réalisa de nombreuses études et un inventaire pour la zone du Causse Comtal.

Grand voyageur, il réalisa aussi plusieurs missions d’étude notamment en Afrique du nord, démarche alors novatrice, qui lui offrit l’occasion de comparer plus largement l’histoire aveyronnaise dans son contexte international.

Mais son centre d’intérêt principal, sa ligne directrice fut le mésolithique et le néolithique ancien. Ce chercheur rigoureux, indépendant et visionnaire trouva dans ces périodes charnières un terrain d’investigation à la hauteur de son exigence scientifique.

Analysant avec une précision rare les outils microlithiques et les stratigraphies particulièrement complexes du mésolithique, il proposa une vision cohérente et scientifique qui fait toujours référence pour cette période préhistorique.

Les chantiers de fouille de Roquemissou (sondage initial), des Usclades 1 et 2 , du Roc Troué, de la grotte de Reycabrot et de l’abri des Salzets notamment ont été les supports principaux de ses recherches publiées dans des revues internationales (Nature notamment), nationales (bulletin de la société préhistorique française notamment) et régionales (cahiers d’archéologie aveyronnais notamment). Son équipe de fouille se faisait une joie de se retrouver tous les étés sous la direction bienveillante et amicale de  cet archéologue humaniste. Il  compléta les informations recueillies par des prospections de surface dont il fut le pionnier en Aveyron.

Une de ses découvertes la plus connue et la plus étonnante est une stèle trouvée dans l’abri numéro 2 des Usclades : « sans utilité pratique apparente, il s’agit probablement d’une stèle possédant une signification religieuse. Sa forme allongée, ses bords parallèles, sa partie supérieure arrondie suggèrent une idole très schématique que sa position érigée rapproche des stèles religieuses anthropomorphes. Peut être est-ce la représentation d’un être mythique ou d’une divinité, le dieu des Usclades » (Guide d’archéologie n° 3, Dix ans d’archéologie en Aveyron, 1996).

Interprétant tous les signes laissés par nos ancêtres, il se plaisait à déclarer que l’une de ses plus belles trouvailles avait été un petit pois carbonisé qui prouvait un début d’activité agricole. Son humour marquait les échanges et les conversations toujours agréables et enrichissantes que l’on pouvait avoir avec lui pour ceux qui ont eu la chance de le connaître.

 

Le philosophe, le scientifique, l’archéologue bénévole et généreux nous manquera. Le club « archéologie et patrimoine » de la MJC de Rodez souhaite faire vivre sa mémoire et son héritage de partage des connaissances.

ARGENTELLE – Monde ANTIQUE – Séance du 27 Octobre 2012

Posted By on 30 octobre 2012

L’objectif de la séance était d’étudier le mobilier découvert cet été sur un site archéologique à proximité de Mostuejouls (relevé réalisé dans le cadre d’une prospection archéologique soumise à autorisation du S.R.A avec qq membres du club). Le mobilier découvert lors de cette campagne de relevé comportait notamment un certain nombre de tessons de céramique sigillée suffisamment significatif pour être datés.
En utilisant les connaissances acquises lors de notre dernière séance du 15 octobre 2012 (Millau) et à l’aide de supports tels que :

– LATTARA 6 – 1993
– FELIX OSWALD – Index of figures
– Etc …

Le groupe de participants avait pour objectif de déterminer la typologie de la céramique étudiée et de proposer une datation.

Tesson Localisation Typologie Motif Commentaire
N°1 MII-PT1 Coupe ou bol Hémisphérique N.I SIG-SG Dr30 ou SIG-SG Kn78
Milieu Ier a.p. J.-C
N°2 MI-PTII Coupe N.I SIG-SG Dr29 a/b
1er s. a.p. J.-C
N°3 MII-P1 Assiette Décoré à la barbotine SIG-SG VE A2
60/160 a.p J.-C
N°4 Déblais Coupe-Bol N.I SIG-SG VE A3 (A1 ?)
70/130 a.p. J.-C

N°5 M III – M IV Coupe N.I SIG-SG Dr 37a
60/110 a.p. J.-C
N°6 MI-PT3 Coupe Motif 879 OSW
Daté de Claudius-Vespasien 41-79 a.p. J.-C SIG-SG Dr 30 b
40/110 a.p. J.-C
N°7 MI-PT1 Bol à offrandes engobe blanc

En conclusion, Les six tessons étudiés en céramique sigillée sont majoritairement de la deuxième moitié du 1er siècle après notre ère à début 2eme. Ce résultat est conforme aux relevés précédemment réalisés par Jean PUJOL en 1996 lors d’une intervention de sauvetage.

Merci à tous pour votre travail.

Prochaine séance, le 24 novembre.

Salutations,

Yves BLANC
06 72 87 77 76

CONFERENCE

Posted By on 18 octobre 2012

« LES RUTENES »
par Jean-Marie PAILLER, professeur honoraire en histoire et archéologie gallo-romains à l’université de Toulouse II
JEUDI 22 NOVEMBRE 2012 à 15h
auditorium du Musée FENAILLE
En collaboration avec le Centre Universitaire Champollion.

Une évocation de l’histoire des Rutènes, le peuple gaulois à l’origine de « Segodunum » (Rodez).

CONFERENCE

Posted By on 18 octobre 2012

« LES DOLMENS DU GRAND RODEZ : LE PATRIMOINE MEGALITHIQUE DU TERRITOIRE »
par David CRESCENTINI, archéologue
Conférence proposée par le MUSEE FENAILLE et le SERVICE DU PATRIMOINE du GRAND RODEZ.
JEUDI 15 NOVEMBRE 2012 à 20H30
Amphithéatre de l’école de SEBAZAC- avenue Tabardel (à coté de la salle polyvalente)

VISITE DU SITE DE LA GRAUFESENQUE – 13 Octobre ou 27 Octobre 2012

Posted By on 8 octobre 2012

Bonjour,

A l’image des années précédentes, vous trouverez ci-dessous le programme pour l’activité ARGENTELLE – MONDE ANTIQUE pour le millésime 2012-2013.

Le projet ARGENTELLE consiste depuis 3 ans à étudier le mobilier découvert lors des fouilles de la villa d’Argentelle (MONTROZIER) réalisées par l’abbé CERES de 1857 à 1859.
En collaboration avec le Musée FENAILLE, Cette étude a déjà permis d’effectuer un premier inventaire des objets trouvés (céramique, verre, mobilier métallique, …., inventaire typologique, photographique, …) et de réaliser une exposition aujourd’hui permanente au musée de Montrozier.

Afin de permette aux membres d’appréhender ce monde de l’antiquité, Le travail de cette année aura notamment pour ambition de terminer l’étude du matériel découvert lors de ces fouilles et de participer à la réalisation d’une publication.

Afin de commencer cette campagne 2012-2013, et en collaboration avec Alain Vernhet (Chercheur CNRS en charge des fouilles de la Graufesenque aujourd’hui à la retraite), je vous propose pour la première séance la visite du site de la Graufesenque et du Musée à Millau.

Nous avons arrêté au calendrier la date du samedi 13 octobre 2012 (14h-17h00), cela dit il est possible si nécessaire de la décaler au samedi 27 octobre.

Afin de préciser l’organisation, Merci de me confirmer votre présence par Mail le plus rapidement possible en me précisant la date où vous êtes disponible.

Restant disponible

Salutations

Yves BLANC
06.72.87.77.76

Voie romaine Segodunum – Ad Silanum (Rodez vers Aubrac)

Posted By on 1 octobre 2012

Les Rutènes ont été des constructeurs de voies, de cités et inventeurs en métallurgie : ils ont équipé un vaste territoire dont nous pouvons avoir encore aujourd’hui et grâce à la recherche archéologique une certaine lisibilité.
Le travail présenté ici se fonde sur une volonté de recherche de l’équipe de bénévoles du club archéologie et patrimoine de la MJC de Rodez : sans ces collaborations et partages ce document n’aurait pas pu être réalisé.
Tenter d’apporter sa contribution pour définir un tracé précis des voies celto- romaines peut être présomptueux. Toutefois l’espace de recherche en archéologie doit être maintenu ouvert à toutes les générations. La méthode de travail est simple : la recherche (collective) sur le terrain de preuves de passage d’une voie de chars. Les indicateurs trouvés permettent alors de vérifier s’il s’agit d’une voie antique ou médiévale (voire moderne).
Nous avons recherché des «voies romaines» mais nous avons souvent trouvé des «voies gauloises». Nos ancêtres «les gaulois»  ont rassemblé le territoire grâce au travail des attelages. Ils ont construit d’un bout à l’autre des voies de chars résistantes aux siècles : ils ont traversé les rivières encaissées, ils ont taillé la pierre, ouvert des carrières au pic, organisé le ravitaillement et les étapes des voies.

Le colloque récent sur les Rutènes (novembre 2007 publié en 2011) et la publication de la carte archéologique ont actualisé les connaissances sur les périodes protohistorique et gallo-romaine.
Dans ce cadre, l’analyse du territoire rutène (GRUAT et IZAC-IMBERT 2011) est centrale et met en évidence la nécessité de repenser la compréhension du réseau routier en cohérence avec le continuum démontré entre périodes protohistorique et gallo-romaine.
Nous espérons que les questions soulevées dans ce document (quels liens entre territoire et voies, quelles méthodes d’analyse, quelle complémentarité entre sources historiques et approche archéologique, quelle prise en compte des contraintes de terrain …) contribueront à  poser différemment la recherche sur ce thème au cœur des problématiques scientifiques actuelles et porteur d’enjeux forts pour un patrimoine fragile et menacé.

 

Télécharger le dossier sur la voie romaine Rodez Enfrus

69 pages, 18 Mo, format .pdf

Un relais d’étape gallo-romain sur la voie Rodez-Javols Ad Silanum

Posted By on 17 septembre 2012

Ce dossier concerne un site gallo-romain très connu sur l’Aubrac (département de la Lozère) : le relais d’étape d’Ad Silanum sur la voie romaine Rodez-Javols.

Ce bâtiment qui a mobilisé de nombreux archéologues depuis bientôt 200 ans est aujourd’hui en mauvais état et mériterait des mesures de protection.

 

PLAN DU DOSSIER :

  • Découverte au XIX ème siècle
  • La fonction du bâtiment
  • Description du bâti et environnement
  • Datation
  • Les usagers
  • Les mystères
  • État sanitaire des ruines
  • Situation
  • Accès
  • Bibliographie
  • PHOTOGRAPHIES du SITE (16 Septembre 2012)

PS : ce site archéologique a été visité par le club à l’occasion des journées du patrimoine 2012.

Bonne lecture !

 

 

TELECHARGER DOSSIER AD SILANUM

 

 

 

Traces de dinosaures en Aveyron

Posted By on 10 juillet 2012

Les dinosaures ne font pas partie du domaine d’étude de l’archéologie. Cette dernière s’intéresse aux traces humaines et ainsi les dinosaures ne sont pas dans son champ de recherche.

 

Les traces de dinosaures sont cependant un élément du patrimoine du département. En effet, des dinosaures ont parcouru ce qui émergeait du Rouergue il y a des millions d’années.

 

Il est ainsi possible de découvrir des traces de dinosaures principalement dans le sud de l’Aveyron.

La plupart de ces sites sont sur des terrains privés inaccessibles.

Le site présenté ici est sur un chemin accessible mais ATTENTION de respecter des traces vieilles de 200 millions d’années et de ne PAS LES DÉTÉRIORER.

Ces empreintes ont été découvertes en Mai 1997 par G. Demathieu et J. Sciau.

Elles datent d’environ 200 millions d’années.

Ces traces sont rattachées à l’ichnoespèce EUBRONTES giganteus.

 

Les dimensions 50 à 40 cm pour 30 à 40 cm de large en font les plus grandes empreintes tridactyles de dinosaures bipèdes actuellement connues au monde durant le jurassique inférieur.

Il s’agit de grands théropodes carnivores de la famille des Carnosaures. Ces carnivores étaient de terrifiants prédateurs de 9 à 10 m. de long pour 4 m. de haut.

Vous trouverez à la fin de cette page des articles plus scientifiques sur ces traces.

En savoir plus sur le MOULAGE

 

Se rendre à Peyre

Plus en détail

 

Télécharger les articles scientifiques :

– article 1

–  article 2

article 3

 

RESPECTEZ VOTRE PATRIMOINE et INFORMEZ NOUS DE TOUTE DETERIORATION.

Carte ZAP 2012

Posted By on 6 juillet 2012

Cette année la carte Zap a été l’occasion d’une ballade de découverte de l’archéologie et du patrimoine sur le Causse Comtal entre Sébazac et Bezonnes pour 10 jeunes qui ont découvert cette activité.

Le programme a été le suivant :

– découverte de mobilier gaulois et gallo-romain,

– un peu de géologie : mais pourquoi y-a-t-il du quartz sur le causse ?

– la présentation du club jeunes,

– une pause goûter dans une bergerie gallo-romaine de 2000 ans avec ses nombreuses tegulae (tuiles),

– la visite de nombreuses caselles,

– l’observation d’un dolmen présent sur le causse depuis 5000 ans.

Lors de la visite de la bergerie, des photos ont été prises et notamment celle d’une meule en granit peut être associée à la construction. Cette découverte a été l’occasion d’apprendre les techniques des photos archéologiques : règle, flèche nord et boussole.

Les 10 jeunes inscrits ont ainsi approché la richesse du patrimoine local et ont pu échanger sur l’archéologie avec les 7 membres du club présents.



 

 

Bornage du dolmen d’Onrazac

Posted By on 4 juillet 2012

Depuis 2009, un groupe du club archéologie et patrimoine de la MJC de Rodez animé par Annie Courville réalise des actions de sauvegarde et de valorisation des dolmens aveyronnais.

Dans ce cadre, le bornage des dolmens après de nombreuses discussions en bureau est apparu comme une solution, certes non idéale, mais au moins possible pour signaler l’emplacement de ces monuments.

En effet, les dalles formant la chambre ne sont qu’un élément du dolmen dont l’emprise sur le terrain est beaucoup plus importante grâce du tumulus. Ce tertre de terre et de pierre formait un repère important pour les populations préhistoriques.

Par ignorance ou malveillance, de trop nombreux dolmens sont détruits et leurs tumulus « nettoyés ».

Le bornage fait apparaître les limites réelles du monument.

 

Un bornage sert ainsi à expliquer le monument, à le protéger de travaux éventuels, à suivre d’éventuelles destructions, à marquer un état sanitaire à un moment précis, à communiquer sur la fragilité de ces monuments et enfin à signaler l’existence du monument parfois ignoré.

Ainsi les bornes, même si elles n’ont pas la valeur juridique d’un bornage cadastral représentent un outil de repérage et de communication efficace, pratique et peu onéreux.

 

Les dolmens sont protégés par la loi et il est interdit de les fouiller ou d’intervenir sur le monument sans autorisation.

 

C’est pourquoi cette opération a été conduite par A. Courville en partenariat avec le service départemental d’archéologie de l’Aveyron (SDA). Le SDA a fourni une aide scientifique pour établir l’emplacement précis des bornes et ainsi ne pas affecter le monument et être conforme aux lois en vigueur. D’autre part, le dolmen présenté ici étant sur une route départementale le SDA a aimablement fourni les 4 bornes. Son directeur, P. Gruat nous a aidé à placer les bornes ce qui peut être parfois difficile selon la nature du sol.

Le club archéologie et patrimoine tient à remercier le SDA et son directeur P. Gruat pour son aide précieuse et son soutien important pour assurer à la démarche sa validité scientifique et pour garantir une approche respectueuse du patrimoine.

 

Ce bornage n’est pas une première car d’autres dolmens ont déjà été bornés  précédemment dans le département. Cette démarche est aussi une occasion de rappeler l’importance et la fragilité de ces monuments qui marquent de leur présence le territoire depuis 5000 ans.

Les dolmens étaient eux aussi des bornes du paysage, ironie de l’histoire …

 

Borner des dolmens demande un minimum de précaution et A. Courville a suivi la méthodologie suivante :

–          repérage des dolmens « bornables » : dolmens menacés par des dégradations ou sur un terrain public ou encore dont le mauvais état sanitaire exige des mesures d’urgence de protection,

–          repérage du tumulus sur le terrain,

–          recherche documentaire dans les inventaires existants (DDE, SDA, CAA …),

–          relevé du dolmen et de l’emplacement des bornes,

–          avis du SDA : positionnement des bornes, connaissance du monument, aide sur le terrain …,

–          réalisation dossier de bornage,

–          contact avec le propriétaire : lettre de contact, téléphone, mail, rendez-vous …,

–          réalisation du bornage (durée environ 20 minutes).

 

Le dossier de bornage comprend : la lettre de demande au propriétaire, le relevé avec le positionnement des bornes, la situation du dolmen (GPS, carte IGN 1/25000, photo aérienne, extrait du cadastre). Un exemple de dossier de bornage est téléchargeable à la fin de cet article.

 

Le tumulus du dolmen d’Onrazac (commune d’Onet le Château) situé sur la route D568 est menacé par la circulation à proximité. Le bornage de ce monument a permis de mieux marquer les limites du tumulus et de contribuer à sa protection. L’opération est réalisable en 20 minutes et a pu être réalisée par deux personnes.

 

Il reste de nombreuses opérations de bornages à réaliser car les dolmens menacés sont nombreux mais même les voyages les plus longs commencent par un premier pas.


 

TÉLÉCHARGER gratuitement le  dossier de bornage du dolmen d’Onrazac

 

PS : si vous êtes intéressé(e)s par ce projet et que vous souhaitez participer, prenez contact avec la MJC. Nous vous accueillerons avec plaisir.